Archéologie du handicap

De manière récente, l’archéologie et surtout l’archéologie préventive – grâce à l’accroissement des données recensées ces dernières années – se sont emparées de grandes thématiques, dont les résonnances sociétales éclairent des réflexions contemporaines. La démarche est d’autant plus légitime que certains phénomènes ne peuvent être appréhendés que de manière transversale, en intégrant un vaste champ chronologique. Les approches récentes sur les mouvements migratoires ou la violence et les conflits en sont les illustrations parfaites.

La recherche sur l’archéologie du handicap est désormais une évidence : les critères d’évaluation sont-ils communs et reproductibles ? Cette archéologie du handicap s’appuie d’abord sur la paléopathologie, historiquement au cœur de l’étude anthropologique des populations du passé et dont les développements récents, par exemple en paléomicrobiologie moléculaire, ouvrent de nouvelles perspectives.

Vertèbres thoraciques du sujet (un adulte masculin) de la sépulture 300 atteint du mal de DISH (Diffuse Idiopathic Skeletal Hyperostosis) de la nécropole laténienne de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Emmanuelle Jacquot, CD93.
Fémur droit d’un sujet adulte (hors contexte) de la nécropole alto-médiévale de Villemomble (Seine-Saint-Denis) présentant une fracture en baïonnette. Emmanuelle Jacquot, CD93.
Détail de la partie proximale du fémur gauche de la sépulture 437 de la nécropole laténienne de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Le sujet, un adulte féminin, est atteint de myosite ossifiante. Emmanuelle Jacquot, CD93.

Dès lors, s’impose la mise en place d’une grille de lecture réaliste des handicaps visibles par l’archéologie, intégrant les déficits inhérents aux affres du temps et les problèmes de caractérisation. Les squelettes, « matière première », sont souvent lacunaires et parfois peu informatifs pour autoriser des diagnostics rétrospectifs précis ; en outre, certaines affections handicapantes n’ont pas de répercussion systématique sur les os. L’objectif est ici de généraliser la prise d’information à l’échelle nationale (métropole et DROM), mais aussi internationale, autorisant une vision transversale et chronologique. Les limites de cette démarche sont perceptibles, mais cette proposition d’une « archéologie du handicap » trouve sa place au sein de l’histoire de la perception de l’altruisme, de l’inclusion ou de l’exclusion des sujets vulnérables et de l’évolution du regard des sociétés.

Sujet masculin atteint de nanisme achondroplase de la nécropole alto-médiévale de Serris « les Ruelles » (Seine-et-Marne). François Gentili, Inrap.
Sujet masculin amputé des membres inférieurs de la nécropole alto-médiévale de Serris « Les Ruelles » (Seine-et-Marne). François Gentili, Inrap.
Sujet féminin atteint d’une myosite ossifiante de la nécropole du second Age du Fer de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Cyrille Le Forestier, Inrap.

L’accumulation des données archéologiques et anthropologiques permet désormais de dépasser la recension anecdotique de cas plus ou moins documentés. Les soins, les interventions chirurgicales et l’invention d’appareillages compensatoires parfois rudimentaires, souvent ingénieux, sont autant d’indices tangibles d’une prise en charge de proximité, humaine et technique.

Le handicap et son appréhension apparaissent comme de véritables enjeux de civilisation. Mais, au-delà de la nécessaire recension des lésions invalidantes, on peut envisager qu’elles participent à la reconnaissance du statut social, au rôle, à l’inclusion ou l’exclusion de « l’infirme » au sein de sa communauté.

La lecture des « corps différents » est l’une des rares clefs dont l’archéologie dispose pour caractériser les liens tissés entre les hommes et leur évolution au cours du temps. Pour ce faire, les archéologues multiplient les données et documentent le contexte funéraire propre à chaque individu (taphonomie, agencement, accompagnement, …), caractérisent ses lésions (une sélection d’occurrences lisibles ayant été préalablement élaborée et adossée aux grandes familles de handicaps définies par l’Organisation Mondiale de la Santé) et, parfois, les mobiliers adaptés (appareils compensatoires, …).


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search