La caractérisation des pathologies invalidantes et leur lecture ostéologique

La mise en place d’une grille de lecture réaliste des handicaps visibles par l’archéologie, doit intégrer les déficits inhérents aux affres du temps et les problèmes de caractérisation. Les squelettes, « matière première », sont souvent lacunaires et parfois peu informatifs pour autoriser des diagnostics rétrospectifs précis ; en outre, certaines affections handicapantes n’ont pas de répercussion systématique sur les os.

Selon les préconisations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et de la Banque mondiale, le handicap ne serait encore qu’une « déficience qui provoque l’incapacité ». La définition ne peut pas être univoque et se contenter d’affirmer l’incapacité : les handicaps sont innés (pathologies congénitales, agénésies, …) ou acquis (accident de vie) et peuvent être définitifs, évolutifs, voire temporaires. Le seul trait commun à toutes ces situations, point d’orgue aux réflexions contemporaines, est l’interaction permanente entre le sujet considéré comme « amoindri » et son environnement immédiat. C’est pourquoi, désormais, loin de répertorier une interminable classification de pathologies (ce qui était encore le cas, il y a peu, dans les années 2000), l’approche se fait plus globale et considère avant tout l’environnement du sujet concerné. La définition juridique du handicap le caractérise aussi comme « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant». Cette définition a été largement reprise et développée en 2005, lors de la promulgation de la loi française « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » (LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, 2005).

Ici, le terme même d’empêchement revêtait une importance essentielle. En effet, l’inventaire des pathologies invalidantes permettant, par exemple, de jauger de la prévalence de telle ou telle affection au fil du temps, devra immanquablement témoigner de l’empêchement induit sur le sujet ainsi diagnostiqué comme étant « abîmé ». Celui-ci sera un sujet reconnu comme étant « pathologique », à l’égal de bien d’autres, mais il faudra démontrer qu’une incapacité, souvent motrice, en a découlé. C’est pourquoi les occurrences retenues adhèrent aux listes des familles de handicap, sans toutes les intégrer. Elles seront retenues, dans une perspective transversale chronologique.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search