1 – La trépanation

Il s’agit sans doute de la plus ancienne intervention d’extraction, attestée depuis plus de 14 000 ans, visant à soulager un organe lésé.

Sa lecture archéologique est aisée et immédiate. Des milliers de crânes trépanés ont été retrouvés à travers le monde, attribués à toutes les époques et toutes les cultures : en Europe (Barnes & Ortner, 1997; Papagrigorakis et coll., 2014), en Asie (Hobert & Binello, 2017), en Afrique du Nord (Collado-Vázquez & Carrillo, 2014) et en Amérique du Sud.

Crâne trépané du haut Moyen Âge de Saint-Urnel-en-Plomeur (Finistère). Le Chronographe.

C’est indéniablement le Néolithique européen – et notamment français –  qui livre les spécimens les plus spectaculaires de ces craniotomies, souvent issues des sépultures collectives, comme celle de La Chaussée-Tirancourt (Somme), datée de 3 200 à 2 200 ans avant notre ère (Guy et coll., 1989). L’issue d’une telle opération chirurgicale restait pourtant aléatoire et les séquelles fonctionnelles ont dû provoquer des handicaps lourds, comme la cécité, de sérieuses altérations masticatoires, voire d’irréversibles désordres mentaux et psychomoteurs. Une aide au patient diminué, outrepassant nettement le temps de convalescence et de réparation, devenait dès lors indispensable. Les techniques de trépanation et leurs effets collatéraux souvent préjudiciables pour les patients rescapés, ne péricliteront pas et, bien longtemps après les incontournables « neurochirurgiens de la préhistoire », les plus érudits des médecins antiques (Hippocrate, Galien et Celse) s’y frottèrent à leur tour. Ainsi, de nombreuses nécropoles du monde gréco-romain livrent-elles des exemples plus ou moins aboutis de ces interventions toujours risquées. Plus tard au Moyen Âge, si le pronostic vital semblait plus favorable pour les patients, ces derniers se retrouvaient encore bien diminués par cette intervention intrusive et iront étoffer les rangs des « différents » médiévaux, pas encore « handicapés », mais déjà « infirmis » nécessitant une prise en charge et bénéficiant de la charité chrétienne mise en place par l’Église (Delattre, 2018).


Bibliographie
  • BARNES, E & ORTNER, D. J. (1997). Multifocal eosinophilic granuloma with a possible trepanation in a fourteenth century greek youg skeleton. International journal of osteoarcheology, 7, 542–547.
  • COLLADO-VÁZQUEZ, S. & CARRILLO, J.-M. (2014). Cranial trepanation in The Egyptian. Neurología (English Edition), 29(7), 433–440. <https://doi.org/10.1016/j.nrleng.2011.05.008>.
  • GUY, H., DABON, P. & GUILLON, F. (1989). Deux crânes trépanés de la sépulture collective mégalithique de la Chaussée-Tirancourt (Somme). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 1(1), 119–128.
  • HOBERT, L. & BINELLO, E. (2017). Trepanation in Ancient China. World Neurosurgery, 101, 451–456. <https://doi.org/10.1016/j.wneu.2016.10.051>.
  • PAPAGRIGORAKIS, M. J., TOULAS, P., TSILIVAKOS, M. G., KOUSOULIS, A. A., SKORDA, D., ORFANIDIS, G. & SYNODINOS, P. N. (2014). Neurosurgery During the Bronze Age: A Skull Trepanation in 1900 BC Greece. World Neurosurgery, 81(2), 431–435. <https://doi.org/10.1016/j.wneu.2013.01.044>.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search