9 – Les pathologies infectieuses : lèpre, syphilis, variole, etc.

Les maladies infectieuses ne sont pas toutes létales, mais leur morbidité est particulièrement élevée. Lorsqu’elles atteignent l’os et que le malade lui survit, l’infection laisse des dégâts et complications invalidants considérables (Khurana et coll., 2019). La question de l’origine de la syphilis a occupé de nombreux chercheurs et suscité un grand nombre de débats (Dutour et coll., 1994). Ses répercussions fonctionnelles en termes de handicap et prise en charge par la société sont encore délaissées (sur la prescription de régime alimentaire particulier voir le travail récent de Salesse, Kaupová, Brůžek, Kuželka et Velemínský, 2019). Sur le squelette, la pathologie se caractérise par l’exubérance des réactions périostées même si ces dernières ne sont pas les seules caractéristiques de la maladie.

Sujet des Jacobins à Rennes (Ille-et-Vilaine) atteint d’une variole osseuse dans son enfance. Rozenn Colleter, Inrap et Henri Dabernat, Amis.

Pour la variole, avec un taux de mortalité autour de 30 %, il s’agit d’une des maladies infectieuses les plus meurtrières pour l’homme et déclarée éradiquée par l’OMS depuis 1980. Ses survivants sont immunisés, mais présentent pour les rares enfants des conséquences osseuses malheureuses connues sous le nom d’osteomyelitis variolosa. Leurs observations en paléopathologie sont encore plus rares et se présentent sous forme de séquelles, déformant les articulations atteintes, retrouvées chez l’adulte (Colleter et coll., 2019 ; Darton et coll., 2013). Ces atteintes sont bilatérales, symétriques et touchent préférentiellement les articulations des membres supérieurs (Khurana et coll., 2019).


Bibliographie
  • COLLETER, R., DABERNAT, H., AUBERT, G., DUCHESNE, S., DEDOUIT, F., MOKRANE, F.-Z., TELMON, N. et coll. (2019). Avec ou sans hypothèse ? Qu’attendre de la paléoépidémiologie ? Exemple à partir de l’étude d’un couvent breton des ordres mendiants. Dans A. Froment & H. Guy, Archéologie de la santé, anthropologie du soin (p. 145–158). Paris : La Découverte, Inrap.
  • DARTON, Y., RICHARD, I. & TRUC, M.-C. (2013). Osteomyelitis variolosa : a probable mediaeval case combined with unilateral sacroiliitis. International Journal of Paleopathology, 3, 288–293. <https://doi.org/10.1016/j.ijpp.2013.05.008>.
  • DUTOUR, O., PÀLFI, G., BÉRATO, J. & BRUN, J.-P (dir.). (1994). L’origine de la syphilis en Europe, avant ou après 1493 ? Actes du Colloque international de Toulon, 25-28 nov. 1993. Paris: Errance.
  • KHURANA, A., VARDHAN, A. & NEGI, D. (2019). Osteomyelitis variolosa: Forgotten complication of an eradicated disease. Journal of Clinical Orthopaedics and Trauma, 10(4), 811–815. <https://doi.org/10.1016/j.jcot.2018.08.005>.
  • SALESSE, K., KAUPOVÁ, S., BRŮŽEK, J., KUŽELKA, V. & VELEMÍNSKÝ, P. (2019). An isotopic case study of individuals with syphilis from the pathological-anatomical reference collection of the national museum in Prague (Czech Republic, 19th century A.D.). International Journal of Paleopathology, 25, 46–55. <https://doi.org/10.1016/j.ijpp.2019.04.001>.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search