Soulager et appareiller les corps, que dit l’archéologie ?

Podcast extrait de l’émission « Le cours de l’Histoire » de Xavier Mauduit, France Culture). Par Valérie Delattre et Caroline Husquin.

L’archéologie nous livre des traces matérielles sur les personnes en situation de handicap. Chirurgie, prothèses et autres appareillages nous éclairent sur l’ingéniosité de nos aïeuls. Ils témoignent surtout de leurs capacités à prendre soin des plus faibles.

Soulager et appareiller les corps, que dit l’archéologie ? Bien sûr, nous imaginons la découverte d’un squelette avec une jambe ou une main en moins, avec une prothèse. L’archéologue se penche sur ce corps. Qu’en est-il de la conversation qui s’instaure entre ces deux êtres ? À coup sûr, il y a de l’intime. Toutefois, quand le handicap ne laisse pas de trace – la surdité ou la maladie, par exemple – que peut nous dire l’archéologue ? Xavier Mauduit

D’après l’Organisation de Mondiale de la Santé, 15 % de la population mondiale serait aujourd’hui en situation de handicap, mais seuls 10 % de ces individus bénéficient des outils nécessaires à leur autonomie quotidienne. Soigner un handicap, qu’il soit visible ou pas, n’est pas qu’une affaire médicale. La façon dont sont prises en charge et soulagées les infirmités reflète la manière dont une communauté considère et entoure ses membres les plus vulnérables. 

À rebours de l’idée qui voudrait que les communautés passées aient été plus rudes et brutales que la nôtre, l’archéologie nous montre que les handicapés ont toujours fait l’objet d’attentions et de soins particuliers. Ainsi, un enfant mort il y a 100 000 ans n’a pas été enterré seul, de peur qu’il soit trop vulnérable pour accomplir son voyage vers l’au-delà, ou encore un Mérovingien, amputé des avant-bras, a bénéficié de prothèses sur-mesure confectionnées par sa communauté. L’archéo-anthropologie nous révèle l’altruisme et l’ingéniosité des sociétés qui nous ont précédés. En plus de l’archéologie, l’histoire culturelle est mobilisée pour avoir une idée plus précise de la façon dont ont été présentés et perçus les corps différents. Comment la volonté de pallier la perte d’autonomie des plus vulnérables s’est-elle manifestée dans le passé ? Le rejet et la marginalisation des handicapés n’ont-ils toujours été que des événements isolés ? Notre conception contemporaine du handicap est-elle pertinente pour comprendre la façon dont les Anciens considéraient les défaillances physiques et mentales ?

Avec Valérie Delattre, archéo-anthropologue à l’Inrap. Elle est coautrice  avec Vincent Bergier de l’ouvrage jeunesse, Il était une fois la différence, les archéologues racontent le handicap (Actes Sud/Inrap, 2020) et de Handicap : quand l’archéologie nous éclaire (Le Pommier, 2018).  

Et Caroline Husquin, maître de conférence en histoire ancienne à l’Université de Lille. Elle est l’autrice de L’intégrité du corps en question, Perceptions et représentations de l’atteinte physique dans la Rome antique (PUR, 2020) et de « Fiat Lux ! Cécité et déficiences visuelles à Rome : réalités et mythologies, des ténèbres à la lumière”, Pallas. Revue d’études antiques, Presses universitaires du Mirail, 2018, p. 243-256. 

Il y a une évolution du regard en en fonction des circonstances. On ne porte pas le même regard sur la différence en temps troublés et en temps de paix. Caroline Husquin


Inrap

Chargée du web scientifique à l'Inrap

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search