Lire le(s) handicap(s) en archéologie

La notion de handicap, en France, a été reprécisée dans le cadre de la loi n°2005-102 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » qui, dans son article 114, le définit ainsi :

Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.

Une définition juridique, ne permet pas de circonscrire les contours des diagnostics paléopathologiques, mais permet d’orienter la recherche sur la notion d’altération qui sera le point d’ancrage de cette recherche scientifique ; et pour ce faire, s’agissant d’une vaste recherche nécessitant des maux pour des mots communs, il faut en référer aux grandes familles de handicaps et à l’incidence ostéologique – et donc, le plus souvent motrice – qu’ils ont pu avoir sur le sujet considéré.

Ces 5 grandes familles de handicap, ont été définies par les grandes associations spécialisées françaises (APF, ADAPEI, CCAH…) et internationales (OMS) : Le handicap moteur (paralysies, amputations, infirmité motrice cérébrale, spina bifida, myopathie…), le handicap sensoriel (handicap visuel et handicap auditif), le handicap psychique (schizophrénie, maladies bipolaires…), le handicap mental (autisme, trisomie 21…) et les maladies invalidantes (épilepsie, sclérose en plaques…).

Il est évidemment impossible de faire coïncider le champ du possible de l’archéoanthropologie avec l’exhaustivité de ces familles de handicaps, certains échappant, à toute tentative de reconnaissance, comme le handicap mental, psychique…. Certes, quelques exceptions très ponctuelles et encore à la marge peuvent être considérées, à l’exemple du sujet, encore unique, porteur de trisomie 21, daté de la fin du Ve siècle et mis au jour à Saint-Jean des Vignes (Saône-et-Loire) (Castex et coll., 2009, p. 91-94).

De même, les dernières technologies de pointe autorisent des diagnostics affinés à l’image des examens subis par l’enfant de Qafzeh, sur le torse duquel ses contemporains avaient déposé des bois de cervidés. En 2014 (alors que nombre de crânes humains fossiles faisaient l’objet d’une IRM), une empreinte 3D extrêmement précise de l’intérieur de son crâne (tomographie) a été réalisée montrant combien la blessure lisible avait été beaucoup plus invasive, entraînant un retard de croissance majeur et des séquelles neurologiques irréversibles (Coqueugniot et coll., 2014).

Une « archéologie du handicap » permettant de recenser, de classifier, de diagnostiquer puis de considérer de façon transversale, est donc adossée à une recension des pathologies invalidantes ; leur caractérisation, la compensation et l’évaluation des séquelles s’affirmeront comme des « plus petits communs dénominateurs » applicables à l’ensemble des séries anthropologiques, quel que soit la période ou le territoire considéré. Le handicap « archéologique » doit être lisible sur la matière osseuse et sa prise en compte doit être synonyme d’empêchement pour l’individu considéré.

C’est ainsi que des grandes occurrences peuvent être proposées posant les fondations d’une recherche à amender et affiner.

Bibliographie

COQUEUGNIOT, Hélène, DUTOUR, Olivier, ARENSBURG, Baruch, DUDAY, Henri, VANDERMEERSCH, Bernard & TILLIER, Anne-Marie. (2014). Earliest Cranio-Encephalic Trauma from the Levantine Middle Palaeolithic: 3D Reappraisal of the Qafzeh 11 Skull, Consequences of Pediatric Brain Damage on Individual Life Condition and Social Care. PLoS ONE, 9 (7), e102822. <https://doi.org/10.1371/journal.pone.0102822>.

CASTEX, Dominique, CRUBEZY, Éric, ARENSBURG, Baruch & ZAMMIT, Jean. (2009). « Handicap » génétique : un cas de trisomie 21 à la fin du Vème siècle à St-jean-des-Vignes (Saône-et-Loire). Dans V. Delattre & R. Sallem, Décrypter la différence : Lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé (p. 91-94). Paris : CQFD. <https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02952914/document>


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search