Une représentation d’un sourd sur une chapelle funéraire égyptienne de la Ve dynastie (vers 2500 av. J.-C.) au Museum of Fine Arts de Boston

Fig. 1 : jdj « être sourd »

La perte de l’audition en Égypte ancienne se décèle parfois au travers des textes, surtout funéraires, dès l’Ancien Empire (2700-2200 av. notre ère). Toutefois, le terme employé, jdj « être sourd » (fig. 1), se rencontre rarement et est évoqué en parallèle de la cécité dans le monde des morts, où le défunt doit recouvrer l’ensemble de ses sens pour l’éternité. La surdité est également mentionnée dans L’Enseignement de Ptahhotep, un texte de sagesse du Moyen Empire (à partir de 2000 av. J.-C.) qui débute par la description des affres de la vieillesse, et dans lequel on apprend que « les oreilles se trouvent paralysées » (Vernus, 2001).

Les représentations de sourds sont quasi inexistantes. À notre connaissance, il ne subsiste pour l’instant qu’une seule image s’y rapportant. Celle-ci est gravée en relief dans le creux dans la tombe d’un fonctionnaire de la Ve dynastie (vers 2500 av. J.-C.) nommé Akhetmernisout. La chapelle décorée, découverte à Gizeh par une expédition conjointe entre l’Université d’Harvard et le Museum of Fine Arts de Boston en 1913 (mastaba G 2184), fut offerte la même année par le gouvernement d’Égypte au musée de Boston où elle est présentée depuis (n° d’inventaire 13.4352). Le mur ouest de cette chapelle comprend diverses scènes où le défunt en taille héroïque fait face à ses administrés. Parmi ces derniers, un personnage masculin se distingue par une physionomie, une position et une taille plus importante que ses congénères (fig. 2).

Fig. 2 : Détail de la paroi ouest de la chapelle d’Akhetmernisout, Museum of Fine Arts de Boston (13.43.52). Dessin B. Lhoyer. [D’après photo : Mastaba chapel wall from tomb of Akhmeretnesut. Egyptian
Old Kingdom, Dynasty 5 (2500–2350 B.C.) ; Harvard University – Boston Museum of Fine Arts Expedition ; https://collections.mfa.org/objects/141900/mastaba-chapel-wall-from-tomb-of-akhmeretnesut?ctx=6200d9af-0837-46e4-ba7c-610f7a441995&idx=26]
Fig. 3 : faiblesse

En effet, celui-ci est dans une attitude de détresse, à mi-chemin entre l’agenouillement et le grand écart. La jambe droite est pliée devant lui, plaquée sur la ligne de sol tandis que le pied, plante vers le haut, passe devant la cuisse gauche. Elle permet ainsi de mettre en avant l’appareil génital du personnage, qu’un simple pagne court n’a pas suffi à masquer, ce qui semble indiquer un caractère social inférieur ou à tout le moins un état de vulnérabilité. La jambe gauche, elle, est rejetée vers l’arrière, décrivant une courbe qui laisse imaginer l’étirement des muscles. La silhouette apparaît ainsi arquée vers l’avant, poitrine offerte. Cette position inconfortable est accentuée par les bras ballants de la figure, légèrement écartés de son buste et observant une légère courbe vers l’extérieur. Les paumes des mains sont tournées vers le haut, les pouces écartés, ce qui fait référence au hiéroglyphe servant à exprimer les notions de faiblesse : (fig. 3) (A7). Quant à sa tête, elle demeure surélevée : le menton est haut, la bouche est ouverte, le regard semble être à la fois dirigé vers le visage du défunt et en même temps perdu dans le vague. Ce regard désaxé pourrait être la transcription iconographique d’une « attitude étrange » ou d’une pathologie invisible, physique ou mentale (Aufrère, 1999). Enfin, il porte les cheveux courts et sans doute une barbe puisque deux traits courbes en parallèle soulignent sa joue, tandis que le menton est orné d’une petite pointe qui peut faire penser à une barbiche. Là encore, il semble être le seul personnage à arborer ce type d’attribut, généralement révélateur d’une origine proche-orientale, alors que tous les personnages qui l’entourent sont glabres.

Ce sont les hiéroglyphes devant la figure de notre homme qui nous livrent la clef de son probable handicap. Or, cette phrase peut se comprendre de deux façons. Soit il s’agit de son titre et de son nom, soit il s’agit des paroles qu’il prononce – ce que suggère sa bouche entrouverte : « Le chef, Ikhsédjemi » ou « Maître, puissé-je entendre ! » (fig. 4).

Fig. 4 : Deux traductions possibles : « Le chef, Ikhsédjemi » ou « Maître, puissé-je entendre ! ».

Si la seconde traduction exprime le lien de subordination avec le défunt et une incapacité, la première indique un statut relativement important – peut-être un gérant d’un domaine agricole par exemple – et un nom qui caractérise à la fois sa particularité et le souhait d’une hypothétique guérison. En effet, les anthroponymes égyptiens revêtent toujours une signification dans un but apotropaïque, religieux, politique ou autre. Il existe aussi depuis l’Ancien Empire (2700-2200 av. J.-C.) une catégorie de noms en lien avec une particularité physique comme « l’estropié », « l’aveugle » ou « la grosse tête » (Ranke, 1935). Dans cette liste, le nom Ikhsédjemi est bien attesté, tout comme les noms jd (« Le malentendant ») (fig. 5) et jd.t (« La malentendante ») (fig. 6).

Fig. 5 : jd (« Le malentendant »)
Fig. 6 : jd.t (« La malentendante »)

Finalement, que cette inscription rapporte le nom de l’homme ou ce qu’il déclame à son employeur, il demeure évident que nous avons sous les yeux un individu dont la position traduit ostensiblement un aveu d’impuissance. De plus, la présence du personnage derrière lui, qui pose sa main droite à l’arrière de sa tête, n’est pas anodine. Ce geste a une double signification : la protection ou un signe d’autorité, sachant que les deux ne sont jamais très éloignés l’un de l’autre dans la mentalité égyptienne. Les hiéroglyphes sous son bras tendu nous indiquent : « Son frère, Nétchernefer ». Or, même si la paroi est malheureusement découpée en travers de son corps, on remarque sur le reste du décor ce qui ressemble à une différence physique : l’une de ses jambes est atrophiée et pliée d’une étrange façon, l’obligeant à s’appuyer sur la pointe du pied. Serait-il marqué par une poliomyélite comme d’autres personnages dans l’iconographie égyptienne ? Dans ce cas, nous aurions un duo réuni par leur différence, un boiteux aidant un sourd, chacun comblant l’infirmité de l’autre.

Néanmoins, aucun indice ne nous laisse penser à l’existence d’une langue des signes complexe à une époque aussi reculée, mais il est possible que des sourds et malentendants aient pu apprendre à lire sur les lèvres ou à communiquer à l’aide de gestes simples. Enfin, la présence d’un auxiliaire aux côtés d’une personne handicapée comme ici pourrait constituer un indice témoignant de la mise en place d’une sorte de protocole de soutien et d’accompagnement des plus fragiles, afin de faciliter leur intégration dans le monde professionnel et plus largement dans la société.

Bibliographie

AUFRÈRE, Sydney. (1999). « L’énigme du nain, du pied-bot et du bossu dans les tombes de Baqet Ier et de Khéty à Béni-Hassan ». Bulletin de la Société d’Égyptologie de Genève 23, 11-17.

LHOYER, Bénédicte. (2018). Les Altérations corporelles dans l’image à l’Ancien Empire. Thèse de doctorat en égyptologie sous la direction de Bernard Mathieu et Hélène Guichard, Université Paul-Valéry Montpellier 3 et l’École du Louvre, 338-345.

RANKE, Hermann. (1935). Die altägyptischen Personennamen, Band II : Einleitung. Form und Inhalt der Namen. Geschichte der Namen. Vergleiche mit anderen Namen. Nachträge und Zusätze zu Band I. Umschreibungslisten. Glückstadt / Hambourg / New York : J. J. Augustin, 178-179.

SMITH, William Stevenson. (1978), A History of Egyptian Sculpture and Painting in the Old Kingdom. Londres : Geoffrey Cumberlege, Oxford University Press, 318.

VERNUS, Pascal. (2001). Sagesses de l’Égypte pharaonique. Paris : Imprimerie Nationale, 73.

Pour citer ce billet : LHOYER, Bénédicte. « Une représentation d’un sourd sur une chapelle funéraire égyptienne de la Ve dynastie (vers 2500 av. J.-C.) au Museum of Fine Arts de Boston ». Dans Archéologie du handicap, 3 novembre 2021, https://archeohandi.hypotheses.org/638.



Citer ce billet
Bénédicte Lhoyer (2021, 3 novembre). Une représentation d’un sourd sur une chapelle funéraire égyptienne de la Ve dynastie (vers 2500 av. J.-C.) au Museum of Fine Arts de Boston. Archéologie du handicap. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcdh

Bénédicte Lhoyer

Titulaire d’un doctorat en égyptologie de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et d’un diplôme de Troisième Cycle de l’École du Louvre, Bénédicte Lhoyer est spécialiste du handicap, de l’illégalité et de la marginalité en Égypte ancienne. Actuellement en post-doctorat au CNRS (UMR 8560 – Centre Alexandre Koyré), elle est aussi professeur associé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, et enseigne à l’École du Louvre. Elle fouille au Levant et en Égypte.

1 réponse

  1. Yann Cantin dit :

    Super billet concernant une possible représentation d’un sourd. N’étant pas égyptologue et davantage spécialisé dans l’histoire sourde, votre analyse me paraît vraiment intéressant. Cependant, je m’interroge sur la finalité de cette représentation et donc de la volonté du propriétaire de la tombe à vouloir représenter un sourd. Ou alors c’est une métaphore de la surdité dans le sens où le mort et le vivant ne peuvent communiquer mutuellement, d’où la représentation de la faiblesse. Bien sûr, cela reste à discuter sachant que la recherche en histoire sourde reste encore à faire !

    Néanmoins, je m’interroge sur la pertinence de votre dernière phrase concernant l’accompagnant de la personne fragile. Cela peut être le cas concernant les autres handicaps, mais beaucoup moins concernant la surdité. Je n’ai jamais vu de représentation d’un accompagnant d’une personne sourde, sauf d’un interprète (et c’est rare), et la personne sourde est souvent représentée seule, avec les doigts pointés vers la bouche et l’oreille. Donc, je suis beaucoup moins convaincu sur ce point.

    Un grand merci pour cette perle ! Je ne manquerai pas de partager vos observations à mes étudiants, et j’ai hâte d’un futur débat autour des représentations de la surdité et de la langue des signes dans les mondes antiques autres que la Grèce et Rome !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search