À LA UNE

0

10 – Les fractures non réduites

Les fractures sont en général causées par des traumatismes (chutes, chocs, coups). Les complications de fractures négligées – et notamment non réduites – sont une arthrose qui va se développer rapidement, des désaxations fixes avec le même risque et une gêne fonctionnelle, et des pseudarthroses, c’est-à-dire des foyers de fracture qui vont se comporter comme des articulations.

0

8 – Le nanisme

Le nanisme est caractérisé par un défaut de croissance dont les causes sont multiples, la plus fréquente étant l’achondroplasie, une maladie génétique qui se traduit par un développement osseux anormal. Il est, lui aussi, de lecture immédiate et fréquemment mentionné dans les études paléopathologiques.

0

7 – Le rachitisme

Le rachitisme se caractérise par des troubles au niveau du rachis : déformations de la colonne vertébrale, ostéomalacie, etc. Il s’agit d’une maladie génétique, causée par un trouble du métabolisme de la vitamine D.

0

6 – Diffuse idiopathic skeletal hyperostosis (DISH)

La maladie de Forestier ou maladie hyperostosique ou Diffuse Idiopathic Skeletal Hyperostosis (DISH) se caractérise par l’ossification du ligament spinal longitudinal antérieur (enthèse). Cette maladie, liée dans la littérature à l’obésité et au diabète de type II, serait un bon révélateur de l’origine socio-économique de son porteur.

0

4 – La scoliose sévère

La scoliose est une déviation permanente de la colonne vertébrale, liée à une rotation des vertèbres. Elle survient surtout dans l’enfance et l’adolescence, mais peut aussi se déclarer à l’âge adulte. La scoliose est parfois la conséquence d’une maladie ou d’une malformation aisément lisible sur les squelettes anciens. En cas de scoliose, la colonne vertébrale présente une torsion et ses courbures naturelles sont modifiées.

0

3 – L’atteinte neurale (plusieurs vertèbres soudées, ouvertes et/ou déformées, intégrant également le spina bifida)

Le spina bifida, une malformation du fœtus, se développe lors des premiers mois de grossesse. Il se caractérise par un défaut de fermeture de la partie arrière d’une ou plusieurs vertèbres (échec de la fusion du tube neural caudal), laissant à nu et sans protection le contenu de la colonne vertébrale (méninges, moelle épinière, racines nerveuses…). Il s’agit d’une des malformations les plus courantes chez l’homme.

0

2 – L’édentement complet

L’édentement total que l’OMS définissait dès 2003 comme un problème de santé publique majeur, affecte de nos jours 2,3 % de la population mondiale et est considéré comme étant un véritable handicap. La majorité des édentés complets ne bénéficient toujours pas des soins appropriés (implants, prothèses) et doivent parfois être assistés dans la mastication préalable d’une nourriture adaptée. Cette affection banale dans les cas archéologiques, y compris dans son expression la plus aboutie, sera ici le témoignage précieux du handicap le plus communément recensé.

0

1 – La trépanation

Il s’agit sans doute de la plus ancienne intervention d’extraction, attestée depuis plus de 14 000 ans, visant à soulager un organe lésé. Sa lecture archéologique est aisée et immédiate. Des milliers de crânes trépanés ont été retrouvés à travers le monde, attribués à toutes les époques et toutes les cultures.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search